MUSIC, PORTRAITS
Leave a comment

« NEVER TURN BACK » DEAN CHALKLEY EXPOSE SES HEROS

« Ce sont des héros ». C’est avec passion que Dean Chalkley parle de ceux qu’il a suivi, appareil au poing, sur les plages sauvages et abandonnées du comté de Norfolk en Angleterre. Cette aventure artistique hors du temps a donné naissance à une série de photos insolentes de liberté. Le photographe était à Paris pour le vernissage de son exposition « Never Turn Back » chez Supérette le 7 avril. L’occasion de rencontrer cet humaniste bouillonnant d’enthousiasme.

Photo Dean Chalkley

Photographe, musicien, Dj… Dean Chalkley a de nombreuses casquettes :

« J’aime le rock, j’ai grandi avec. Pas seulement avec la musique mais aussi avec le look. Avec tout ce que le rock peut avoir d’identitaire. Quand j’étais gamin, le moindre détail était une affirmation de soi. La manière dont vous portiez votre jean, le côté de votre tête sur lequel vous basculiez votre mèche, l’oreille que vous aviez choisi de percer… tout était une déclaration.

J’aime la musique électronique, je l’ai vue rapprocher les rockeurs et les hippies le temps d’une nuit et j’ai trouvé ça absolument révolutionnaire.

J’aime la photographie, mon appareil est mon passeport, mon droit d’entrée dans les coulisses du monde.

Je me souviens encore de ma rencontre improbable avec un skinhead. J’étais étudiant en art et je me baladais à la recherche de quelqu’un à photographier. Je suis tombé sur un type, grand, imposant. Je l’avais déjà croisé plusieurs fois, il me terrifiait. Il a accepté que je le prenne en photo. Il m’a ensuite dit qu’il était sculpteur et m’a invité chez lui. Là-bas, j’ai découvert ses grandes sculptures de bois. On a fait quelques photos puis, il m’a confié ‘je suis également un ange gardien’. Intrigué, j’ai accepté de le suivre… dans le métro londonien. Jamais je n’aurais deviné que sous terre, il jouait les justiciers civils. J’ai pris des photos de scènes qui m’étaient données de voir uniquement parce que j’avais mon appareil autour du cou.»

Photo Dean Chalkley

Point d’exclamation

Dean est un philanthrope assumé. Les collaborations font partie intégrante de sa vie artistique. Avant d’être une série de photos, « Never Turn Back » est une composition, fruit d’un travail collectif.

L’Angleterre, son pays, lui sert de décor. Les sujets de ses photos sont ses amis, artistes eux-aussi. Ce sont d’ailleurs les poèmes d’Aimée Keeble que l’on peut lire à côté des clichés. Clichés qui sont agrémentés d’un graphisme rouge qui, si l’on penche un peu la tête, font penser à un point d’exclamation. Comme une déclaration affirmative qui ne saurait être niée ou contrariée.

Cette idée, comme il aime à le rappeler, n’est pas la sienne. C’est celle de son ami et graphiste Mason Wells. Pourtant, il a tout de suite accepté que cette ligne rouge vienne se superposer à ses photos.

C’est cette confiance en l’autre, cette ouverture d’esprit et cette prise de risque que l’on remarque chez Dean, à peine les premiers mots échangés dans la continuité d’une bise à la française qui met tout de suite à l’aise.

Les héros de Norfolk

Ce sont donc Aimée Keeble, Chris et Stephanie Jean, Ida Mae, Luke Fox, Rihanna Ellington et Jason que l’on découvre, cheveux dans le vent et sourires défiants. Si name dropping il y a avec Dean, c’est surtout pour parler avec amour et admiration de ce groupe de cool kids qui semblent plus libres que l’air.

Dean Chalkley est connu, entre autres, pour avoir sublimés des monuments de la musique de Patti Smith à Justin Bieber en passant par Pete Doherty. Pourtant, ces « héros », comme il les appelle avec affection, ne sont pas des stars. Du moins, pas au sens hollywoodien du terme. Pas de « Rock Band » donc, mais une bande de potes rock.

« J’aime photographier des artistes et tant mieux s’ils sont reconnus et connus dans leur domaine. Pour autant, les photographier et les fréquenter ne m’empêche pas de garder l’œil sur le reste du monde. Sur tous les autres, qui ne sont pas connus mais qui n’en sont pas moins stars ou héros. Tout le monde a potentiellement quelque chose à raconter ».

Photo Dean Chalkley

La « méduse hypersensible »

« Ma vision n’a rien de dictatorial. ». Le processus créatif de Dean est au moins aussi ouvert que lui. Comme il le dit si bien lui-même, tout se joue dans « cette capacité à apprendre de l’autre, à ne pas être fermé aux choses nouvelles tout en respectant d’où je viens, mon atmosphère et mes sentiments ».

Un photographe aux récepteurs bien ouverts donc qui offre de « l’espace à [son] esprit ». Mais pas seulement lorsqu’il arrive sur un shooting, où il repère avec un œil aiguisé les moindre détails et recoins du décor qui s’offre à lui. Chaque instant, chaque lieu, chaque rencontre offrent une opportunité créative.

Dans l’arrière salle de la galerie, où il se prête à cette interview, Dean pointe du doigt un reflet, une ombre d’une lumière rouge en coin, un pli du canapé… Une personnalité qui lui vaut de se qualifier lui-même de « méduse hypersensible ».

Photo Dean Chalkley

Une vision holistique

« J’ai une façon holistique de considérer la création. C’est-à-dire que j’envisage, par exemple, la photo, la musique et l’art en général comme constituant d’un tout », explique Dean lorsqu’on lui demande comment il parvient à maîtriser autant de disciplines.

A peine son exposition « Never Turn Back » lancée, l’artiste, hyper-créatif, pense déjà à la suite :
« On un projet avec mon ami Jean Moderne [street artist parisien. ndlr], de faire quelque chose à Paris. Rien de sûr encore, mais on est déjà très enthousiastes ».

Le même vent de liberté qui ébouriffe sa bande de potes souffle sur Dean Chalkley. Difficile de ne pas les envier, eux qui semblent déculpabilisés de tout, branchés à un tank d’impertinence.

Exposition NEVER TURN BACK
Galerie Supérette
104 rue du Faubourg Poissonnière 75010 PARIS
Du lundi au vendredi de 10.00 à 19.00
Cette expo est le premier volume de « Watch The Music », un cycle d’événements expo + musique, créé et co-produit par Supérette et l’Agence PAM.

Barbara Krief.

Photo de Dean Chalkley & Barbara Krief : ©agence PAM
Photo article : Dean Chalkley

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *