CULTURE
Leave a comment

CINEMA // MOONLIGHT OU L’AFFIRMATION DE SOI

A l’avant-première parisienne de Moonlight au Forum des Images, il y avait salle comble. Et pour cause, le film a reçu près de 140 récompenses internationales dont le prix du meilleur film dramatique aux Golden Globes et le prix du meilleur film de l’année par la National Society of Film Critics !

 

Fruit de l’adaptation de la pièce de théâtre In Moonlight Black Boys Look Blue de Tarell Alvin McCraney, on suit Chiron, un jeune Africain-Américain, en trois actes dans trois étapes marquantes de sa vie : l’enfance, l’adolescence et le passage à la vie adulte. Évoluant dans une cité de Miami dans les années 80 gangrénée par la violence générée par le trafic de drogues où il vit avec une mère toxicomane, on le voit grandir, se questionner, tenter d’affirmer sa sexualité et ses envies d’émancipation.

Il s’agit d’un film poétique et poignant, jamais dans l’excès, qui s’interroge sur la construction de l’identité et l’acceptation de soi, la masculinité et le passage à l’âge adulte. Sur fond d’inégalités sociales, d’homophobie et de violences scolaires, la ville de Miami devient un personnage à part entière. On ne peut que s’attacher à Chiron, à ses faiblesses qu’il tente de dissimuler pour s’affirmer bien qu’il reste fidèle à lui-même, à sa pudeur.

Chiron parle peu mais bien et on est obligé de l’écouter et de s’interroger à son tour. Vu qu’il parle peu, on aimerait être dans sa tête pour savoir ce qui s’y trame et être à ses côtés pour le rassurer.

Le film sort en salles françaises le 1er février, un conseil : ne passez pas à côté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *