CULTURE, EVENT, MUSIC
Leave a comment

ELECTROSOUND, DU LAB AU DANCEFLOOR // DERNIERS JOURS

Derniers jours pour en prendre pleins les oreilles.

Disposés entres les surprenantes thérémines des années 1920, les minutieux enregistreurs à bandes, les incontournables platines vinyles et le cultissimes Roland TR 808 des années 1980 on découvre ou reconnait les noms emblématiques des acteurs majeurs de la culture électronique. On se souvient, on prend note, on ré-écoutera plus tard les Gorgio Moroder, Pépé Bradock, Jeff Mills, Carl Craig, Krafwerk et autres Jean-Michel Jarre qui ont signé les fondations de la musique electro telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Tout nous appelle, on a envie de toucher, d’écouter, de jouer, d’expérimenter, et notre satisfaction sera immense en nous rendant au deuxième étage de l’exposition, véritable terrain de jeux pour adultes.

Multitudes d’objets loufoques stimuleront nos oreilles, nos yeux, et nos mains : séquenceurs, boites à rythmes, synthétiseurs, samplers, et objets musicaux expérimentaux de toutes époques pullulent dans les larges coursives de l’exposition, entre le nostalgique grenier de famille et la caverne d’Alibaba du geek-mélomane.

On redécouvrira notamment une partie du travail de Chloé x Ircam alliant collaboration avec le public, smartphone et musique live.
On s’essaiera à la psychédélique thérémine, au collidoscope, et on tapotera, tirera, glissera nos doigts sur l’incroyable clavier Roli, potentielle relève tactile, ludique, et efficiente, des claviers statiques que les synthétiseurs d’aujourd’hui avaient hérité des pianos, clavecins et autres orgues d’hier…

L’exposition offre également une série d’interview vidéo, proposant les points de vue de cinq artistes français de renom : Christine Weber, Etienne de Crecy, Nicolas Godin (la moitié de Air) et le duo Christian Zanési – Arnaud Rebotini.

Au sous-sol, après avoir exploré les visages des adeptes des cultures electro exposés dans une série de photos de Jacob Khrist, on ira danser dans l’obscure Boombox, véritable dancefloor paré d’un mur d’enceintes, d’une platine vinyle reconvertie en « télécommande » et d’une boule à facettes bien entendu ! On découvrira ou redecouvrira une centaine de tracks emblématiques des années 1950 à nos jours.

Une expo qui mêle découverte scientifique et artistique, expérimentation et contemplation et qui nous invite à continuer d’explorer la musique électronique en rentrant chez nous.

Infos pratiques :
« ElectroSound, du lab au dancefloor », du 25 mai au 2 octobre 2016
Espace Fondation EDF – 6, rue Récamier 75007 Paris
Tous les jours du mardi au dimanche de 12h à 19h (sauf jours fériés)
Entrée libre

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *