PORTRAITS
comments 4

LE J’AIME / J’AIME PAS DE SYLVANIE DE LUTÈCE

Sylvanie de Lutèce connait Paris et son Histoire par coeur, c’est sa passion et son travail aussi. La première fois que je l’ai vu elle faisait une conférence sur l’histoire des bourreaux de Paris, j’étais fascinée par sa présence, sa façon de raconter Notre Histoire.
Lors de mon appel à contributeur,  j’ai reçu un mail de sa part et cela m’est apparu comme une évidence : je suis passionnée par Paris, par l’Histoire et par les gens. Comme Sylvanie.
Je suis très heureuse qu’elle revienne une fois par mois pour Balthazare Magazine sur un fait divers, une figure historique de Paris, ou une époque qui font la grandeur de Paris dans ce qu’il a de plus fou et de plus sombre.

Voici son j’aime / j’aime pas :

J A I M E

Ma vie, Marie, mon Ame Heureuse, Paris, les livres, aller aux archives (Nationales et de la Police), voir des choses que les autres ne voient pas, serrer les vieux arbres dans mes bras, ma curiosité, les jeux de mots et les blagues pourries, les Curly (et pourant j’ai des amis), me plonger dans les albums photos des ancêtres familliaux, en apprendre tous les jours, passer par la Forêt de la Licorne pour aller à la Sorbonne, les chapeaux, ma petite dose de culot, regarder mon chien Barthélémy faire le con, écouter mes vinyls, lire en marchant, quand je viens de terminer un livre et que je dois en choisir un autre, la magie qui m’entoure.

J A I M E P A S :

Les personnes qui n’utilisent pas les mots magiques : Bonjour, s’il te plaît, merci, croire qu’on est vendredi alors qu’on est jeudi, mes quelques rêves prémonitoires, être soupe au lait, quand on me dit : »Salut toi !, Ca va toi ?! », que le métier de souffleur de verre exercé par mon arrière-grand-mère et mon grand-père maternels, ne se soit pas transmis …,le fromage, marcher sur les jouets du chien au réveil, devoir me mettre sur la pointe des pieds pour ouvrir ma boîte aux lettres, remettre à l’endroit du linge mouillé, quand on me bouscule et qu’on s’attende à ce que je dise « pardon », que Catherine de Médicis n’ait pas de rue à son nom, être petit quand il y a du monde dans le RER, les nouvelles Halles : La Canopée, les amalgames, les personnes qui parlent pour ne rien dire, me prendre un poteau quand je lis en marchant, la Tour de la Terreur à Disney, que des hauts lieux du vieux Paris aient été remplacés par des supermarchés (Le Cil et l’Enfer 53 bd de Clichy), devoir dire que j’aime pas.

4 Comments

  1. Melle Alyx says

    Sylvanie de Lutèce.. Je suis une de tes plus grande et ancienne fan…
    Merci de m’avoir tant fait rêvé et redécouvrir Paris.. Le Paris d’antan..
    Avec ses histoires et ses anecdotes..
    Mille fois merci..

    Balthazare magazine, toujours un réel plaisir de vous lire..

  2. sardine malcuite says

    j’aime : votre esprit, vos intérêts que je partage aussi
    j’aime pas : ben ma foi…rien
    merci

  3. Annie Coeslier says

    Hello Sylvanie ! Ravie de te redécouvrir via Balthazare Magazine, dont j’attends avec impatience la parution « papier » le 1er juin (je ne suis pas très Web lectrice…) et à la prochaine histoire de Paris !
    Merci pour tes belles idées !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *