PORTRAITS
comment 1

MICHELANGELO PASSANITI // RENCONTRE AVEC UN JEUNE ACTEUR SANS CONCESSION.

Michelangelo Passaniti, dit Mikki, a 20 ans et vient de faire une prestation magnétique dans « le Tournoi » d’Elodie Namer. Pour son premier film, il endosse le rôle principal d’un prodige des échecs et apparaît quasiment dans tous les plans. Selon son propre aveu, ce film l’a fait grandir et c’est sur le tournage qu’il a su qu’il voulait devenir acteur.
Après avoir vu le film, nous on sait qu’il est acteur car il occupe l’image de sa présence animal et de sa franchise enfantine.

Comme c’est son premier film et en hommage à « On en peut pas plaire à tout le monde », on lui a fait une interview PREMIÈRE FOIS.

Ton premier surnom ?
Mikki. C’est toujours mon surnom d’ailleurs.

Ton premier choc cinématographique ?

« Princesse Mononoké » de Hayao Miyazaki. Je l’ai vu quand j’avais 5 ans en japonais sous titré français, je n’ai rien compris mais j’étais sous le choc. C’est encore un film que je regarde souvent.


Ton premier concert ?

C’était un concert de musique classique. Mon grand-père maternel est chef d’orchestre donc j’en ai vu beaucoup depuis et j’ai appris à les apprécier, mais sur le moment j’ai juste trouvé ça long.

La première fois que tu as joué aux échecs ?

La veille du casting, avec mon meilleur ami.

Ton premier échec ?
D’avoir abandonné la batterie quand j’avais 10 ans.

Ton premier amour ?
Pas encore vécu ….

Ton premier baiser ?
Une fille qui s’appelait Michelle. J’avais 5/6 ans.

Ton premier gros mensonge ?
J’ai longtemps dit que je ne fumais pas (dit-il en tirant sur sa cigarette avec un petit sourire en coin)

Ta première cuite ?

Avec mon frère vers 13 ans. Je l’ai rejoint avec ses amis et ils se sont amusés à me bourrer la gueule au Pisco.

La première fois que tu as su que tu voulais devenir acteur ?
Sur le tournage. Les premiers jours étaient très compliqués, je me trouvais nul, je ne dormais pas, je ne mangeais pas. Et puis on a tourné une scène où je suis nu et là j’ai bien été obligé de lâcher prise et j’ai vraiment pris du plaisir par la suite.

Ton premier jour de tournage ?

La scène du restaurant. Je n’avais que des regards à jouer, donc j’avais en face de moi non pas les comédiens, mais la directrice de casting et la productrice. Moi j’essayais d’être sérieux, mais elles, elles avaient du mal. Elles étaient mortes de rire. C’est un très bon souvenir.

Ta première rencontre avec Élodie Namer ?
C’était au casting, j’étais intimidé. Ce qui me fascine le plus c’est l’intelligence. Elle avait l’air brillante, elle savait exactement ce qu‘elle voulait et ça m’intimidais. Par la suite j’ai lu le scénario et j’ai su qu’elle l’était. Maintenant je sais qu’elle l’est bien plus que tout ce que j’aurais pu imaginer.

INTERVIEW DERNIÈRE FOIS

Ton dernier jour de tournage ?

La veille on a fait une soirée un peu arrosée. Le dernier jour, nous tournions la scène de la fête dans la piscine, j’avais un peu la gueule de bois, la pression retombait, j’étais un peu comme dans un rêve… On était tous extatiques et épuisés.

Ton dernier fou rire ?

Avec Élodie, il y a deux jours …

Ta dernière engueulade ?

Hier soir avec ma copine.


La dernière fois que tu as pleuré ?

Des vraies larmes à moi ? Plusieurs années …

Ton dernier pétard ?
Il y a quelques mois ….

« Le Tournoi » d’Élodie Namer au cinéma le 29 avril.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *