PORTRAITS
comment 1

PORTRAIT // MELODY LEBLOND COEUR DE LOUP

Melody Leblond se plait à dire que le dessin c’est bien mais que dessiner c’est mieux.
Après des études de communication qui ne la passionnent guère, elle travaille en tant qu’assistante DA dans une agence de pub pendant deux ans. Elle apprend. Puis enchaine encore deux années en tant que rédactrice en chef d’un magazine de musique.

Pendant tout ce temps, elle dessine un peu, utilise des dictons qu’elle met sous forme de dessins. Comme elle n’a pas fait d ‘école d’Arts, elle ne se pense pas légitime et garde ses créations pour elle.

En 2010, une amie lui propose d’exposer au Sésame, un café sur le Canal Saint Martin.
C’est là qu’est arrivé le loup, son animal totem. Il se retrouvera même sur les grands écrans du Stade de France lors de la tournée d’Indochine l’année suivante. Grandiose.

Le loup, parce qu’elle le trouvait facile à dessiner et que c’était un animal plein de préjugés. Car Melody aime les animaux. Tous. Et en particulier ce tendre loup, le mal aimé. Petite déjà, elle rédigeait des fiches de renseignements sur cet animal, qui contrairement à ce que l’on croit, vit en meute. Comme Melody.
Son cercle amical et familial est primordial dans son équilibre professionnel. Tout dans ses dessins et dans sa vie est lié à l’affectif. Et cela se ressent. Ses créations me touchent car elles parlent à la part d’enfance et d’insouciance qui sommeille en nous. Car il ne faut jamais l’oublier : la vie est une fête qu’il faut célébrer chaque jour.

Rencontre avec une artiste solaire.

Qu’est-ce que tu aimes dans ton métier ?
J’aime vraiment quand j’ai l’impression d’avoir trouvé une idée que personne n’a jamais eue. Mais c’est rare.

Ce que tu n’aimes pas dans ton métier ?
Dire que c’est mon métier. Pendant longtemps je ne l’ai pas dit, c’est vraiment nouveau pour moi d’assumer d’être une illustratrice.

C’est quoi ton outil de travail fétiche ?
C’est au stylo feutre, ce sera forcément une pointe fine. Je travaille au 0.7 ou alors l’encre de chine avec un pinceau.

Quelles sont tes inspirations ?
Ça n’a rien à voir avec ce que je fais mais le travail de Hayao Miyazaki est magnifique, c’est réaliste et surtout très proche de la nature. Autrement, j’aime Sempé, avec deux traits de crayon il te transmet plein de choses. J’aime aussi beaucoup Jean Jullien, c’est très simple, très revendicatif. Vous avez l’idée en un coup d’œil.

C’est quoi ta chanson du moment ?
J’aime le rock indépendant, des groupes comme Hot Chip ou LCD Soundsystem, et l’electro, mais en vrai je m’en lasse. Par contre je n’arrêterai jamais d’écouter The Cure, The Clash, Patti Smith ou Bruce Springsteen, tous les artistes que mes parents m’ont fait écouter petite.

Quel est le lieu qui t’apaise ?
Je dirais qu’il y a vraiment deux endroits dans lesquels je me sens apaisée : ma maison de famille à Sète, c’est un endroit très simple où je passe mes vacances depuis que je suis née. J’y ai énormément de souvenirs. Et la forêt. J‘aime ses odeurs par dessus tout.

C’est quoi ton alcool préféré ?
Le (bon) vin rouge.

C’est quoi ta drogue ?
L’optimisme. Je suis une éternelle optimiste. Ou bien le café.

Tu as une devise ?
Même pas peur.

Melody exposera ses illustrations lors de la prochaine exposition Balthazare Magazine du 4 au 6 mars à l’Atelier Meraki.

14- 16 rue neuve Popincourt 75011 PARIS.
Du 4 au 6 mars
Vernissage le 4 mars à partir de 19.30.

Son site & son instagram

1 Comment

  1. Le Goff Terrones says

    Mon artiste préférée.
    J’adore !

    La Grosse Titi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *