FOOD, PORTRAITS
Leave a comment

RENCONTRE AVEC VICTOIRE LOUAPRE DU FOODING

Victoire a deux passions : la cuisine et les voyages. Après avoir vadrouillé en Australie, en Angleterre et aux USA, elle a atterri en tant que responsable de la communication au sein du Fooding, à Paris.  Cette jeune femme aime les gens et  ça se sent. Sa bonne humeur est plus que communicative. C’est autour d’un bibimbap chez  Pierre Sang qu’ elle m’a raconté sa boulimie pour la vie.

As-tu un surnom ?
Le loup. Initialement, c’était un diminutif de mon nom de famille, mais avec le temps c’est devenu mon petit loup, mon loup, etc. C’est de là que vient mon avatar Instagram :
@Victoire_Loup. A tel point que certaines personnes pensent que c’est mon vrai nom !

Qu’est-ce que tu aimes dans ton métier ?
J’aime la passion qu’on les gens dans ce milieu, que ce soit l’équipe du Fooding, les chefs que je peux rencontrer, les musiciens que je croise lors des évènements. Tous ces gens ont pour moteur la passion de leur métier. C’est le meilleur antidépresseur au monde.

Qu’est-ce que tu n’aimes pas ?
Nous sommes une petite équipe et il y a parfois beaucoup de travail, j’ai tendance à ne pas savoir faire la différence entre ma vie professionnelle et ma vie privée. Je n’ai pas vraiment d’horaires de bureau, mes amis sont aussi des gens avec qui je travaille, je passe mes week-end rivés sur mon téléphone à checker l’instagram du Fooding…  mais en vrai j’adore ça !

On se dit tous qu’en travaillant au Fooding tu dois toujours être au restaurant, est-ce que tu cuisines ?
Tous les soirs : si je ne dîne pas dehors, je cuisine. On ne me verra jamais utiliser un micro-ondes ! Je suis la championne du risotto : comme je cuisine sans gluten, c’est la bonne alternative aux pâtes quand des amis débarquent à l’improviste.

C’est quoi ton ingrédient fétiche ?
Les noix, toutes sortes de noix : j’utilise du gomasio (sésame grillé) plutôt que du sel, je prépare des pains aux graines en remplaçant le blé par du sarrasin, je mange toutes sortes de noix chaque jour pour le goûter… un véritable écureuil ! (rires)

Quel est ton cocktail préféré ?
Je bois très peu de cocktails car je ne tiens pas l’alcool, après deux verres je raconte ma vie à des inconnus…
Mais je ne refuse jamais un verre de vin à la maison, lorsqu’on cuisine à deux. De toute façon, comment préparer un risotto sans devoir ouvrir une bouteille ?  

C’était quand ta dernière cuite ?
Euh …. Je ne sais plus mais je me rappelle très bien de la première : j’habitais Oxford à l’époque, il a suffit d’une bouteille et mes amis ont dû me ramener en caddie !

C‘est quoi ta chanson du moment ?
En ce moment, Frankie Valli et Françoise Hardy. Je n’ai pas la télévision et je n’écoute pas beaucoup la radio mais je suis une inconditionnelle des vinyles, donc ce que j’aime en ce moment ce n’est pas un tube mais le dernier vinyle que j’ai déniché et que je réécoute à l’infini…

Quel est le lieu qui t’apaise ?
Je ne suis pas très calme comme personne, je cogite beaucoup. Mais les gens peuvent m’apaiser. Je viens de passer 24h dans le Perche sans réseau, ni wifi, avec la personne que j’aime. Là j’étais vraiment bien.

C’est quoi ta drogue ?
Le sucre ! J’y ai longtemps été addict, mais mon passage à New York m’a permis de trouver des alternatives. Ils sont très conscients de ça là-bas, et cela arrive peu à peu en France, notamment avec le livre de Danièle Gerkens. Mais je suis plutôt sage maintenant. Et les noix aident beaucoup ! 

Ton dernier fou rire ?
Ce matin avec Christine, ma collègue de bureau qui me fait mourir de rire. C’est mon rayon de soleil.

Tu as une devise ?
Je ne regrette jamais rien. Même les moments difficiles à vivre m’ont appris quelque chose. Si je devais tout recommencer,  je ne changerais rien.

Quel resto recommanderais-tu pour un diner en amoureux ?
Le Galopin sans hésiter, ou alors Dersou pour l’alliance mets et cocktail qui te rend ivre d’amour jusqu’à la fin de la soirée.

Pour une soirée avec ton meilleur ami ?
Si ton pote est fauché tu peux l’emmener chez Miznon, dans le 4ème, pour manger des pitas et du chou-fleur incroyable. J’ai découvert ce restaurant pour la 1ere fois à Tel Aviv et je n’ai mangé que là de tout mon séjour tellement c’était bon.

Pour un resto avec tes parents ?
Si tes parents sont comme les miens, qu’ils vivent Rive Gauche et ne savent pas ce qu’est un vin nature, tu les emmènes chez Garance. C’est très beau, très bon, et ils viennent d’avoir une étoile qui est amplement méritée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *