EVENT, PORTRAITS
comments 2

STATE OF GRACE FÊTE SES 2 ANS AU ROSA BONHEUR // INTERVIEW

Mercredi soir aura lieu au Rosa Bonheur la soirée pour fêter les 2 ans de la marque State Of Grace Workshop. Marque de création artisanale de skateboards & de vêtements.
La créatrice, Marie a fuit la vie parisienne pour la Vendée et s’envolera bientôt pour la Californie pour y développer son projet.
Avec une conscience écolo et un design épuré, cette marque est un bijou de bon goût.

Voici son interview.

Comment en es-tu arrivée à exercer ton métier ? Quel est ton parcours ?
Mon parcours professionnel est plus qu’hétéroclite. J’ai vendu du fromage sur les marchés et bossé dans la gastronomie de luxe quand j’étais étudiante en droit, puis j’ai passé une dizaine d’années à bosser la nuit, dans des bars et au Rex Club, avant de faire des études de thanatopraxie. Un jour j’ai été trop fatiguée par la vie que je menais à Paris alors j’ai déménagé en pleine campagne dans une grande maison avec des ateliers. A force de me demander ce que j’allais bien pouvoir faire de mon avenir, j’ai commencé à travailler le bois dans mon coin, c’est à cette époque que j’ai cherché à comprendre comment on fabriquait les longboards, sans imaginer que plus tard j’en ferais mon métier. J’ai rencontré des gens qui travaillaient le bois dans des domaines très différents et ai suivi leurs conseils et techniques, puis je me suis lancée tout doucement. Je n’ai lancé State Of Grace que quand j’ai été ok avec ce que je faisais, quand je me suis dit que je pourrais m’acheter une planche. J’en apprends encore tous les jours, c’est passionnant.

 D’où vient ta conscience écolo ?
J’ai toujours eu une fascination et un grand respect pour la nature, et ma vraie conscience écolo est venue de la simple observation du monde qui m’entourait. Quand je vois des abeilles tomber raides mortes du ciel sur ma terrasse je me dis qu’il y a un vrai problème. J’essaie d’agir à mon petit niveau dans mon quotidien et dans mon travail, mais c’est difficile de voir que malgré tous les efforts individuels on a bien peu de prise sur les désastres écologiques en cours.

 Ce que tu aimes dans ton job ?
J’aime passer du temps dans mon atelier parce que je ne pense à rien, ça vide la tête et le contact du bois m’apaise. J’aime aussi beaucoup l’idée d’avoir un résultat concret, que je peux tenir entre mes mains, de ce que j’ai pu concevoir dans ma tête quelques semaines ou mois auparavant.

Ce que tu n’aimes pas dans ton job ? 
Il y a tellement d’étapes dans la fabrication d’une planche que quand une seule rate il faut souvent repartir à zéro, ça me rend folle.

Ta board préférée ?
Ça change tout le temps, comme ce sont toutes des pièces uniques je passe mon temps à me demander, lorsqu’une planche me plaît vraiment beaucoup, si je dois la vendre ou la garder, mais je me raisonne et n’en garde qu’une de temps en temps. J’aime beaucoup celles en bois exotiques, mais mon dernier coup de coeur va pour une planche de ma série de portraits d’indiens, une autre de mes passions.

La première board que tu as faite, c’était quand, où, pour qui ?
La toute première c’était début 2012. Quand je l’ai sortie du moule que j’avais passé 2 semaines à fabriquer, j’ai eu la sensation d’accoucher, je l’ai trouvée magnifique, alors que bien sûr elle était loin d’être parfaite, mais j’en ai été très fière, je la garde précieusement, c’est mon premier bébé.

Le lieu le plus fou ou tu as fait du skate ?
Il y a deux mois, dans le Joshua Tree National Park en Californie, c’était magnifique, même si je me suis fait quelques grosses frayeurs en arrivant trop vite sur des parties pleines de graviers, rider sur ces routes désertiques sinueuses au milieu des cactus c’est extraordinaire.

Ta pire gamelle en skate ?
Heureusement jamais eu de gamelle très grave, mais je me souviens de cette fois où je regardais ailleurs et n’ai pas vu une branche sur mon chemin, j’ai fini en glissade à plat ventre sur le bitume avant même de réaliser que je tombais.

Avec qui préfères tu faire du skate ?
 Clairement entre copines, juste pour le plaisir de se balader. J’éprouve beaucoup moins de plaisir à rider seule qu’en groupe.

C’est quoi ta chanson du moment ?
Question difficile pour moi. Je suis un peu réac question musique, je reste un peu bloquée sur le folk-rock des 60s et 70s, mais s’il y a un morceau plus contemporain que j’écoute très très souvent c’est Rexanimarum tiré de l’album Rain Plans d’Israel Nash sorti il y a 2 ans. Une vraie révélation cet album, pendant longtemps je l’ai gardé égoïstement pour moi comme une petite pépite. Ensuite il y a le morceau « Dogs » que mes copines de The Brave Kind viennent de sortir et que je trouve vraiment très beau, il faut aller l’écouter!

C’était quand ton dernier fou rire ?
J’en ai vraiment tous les jours, notamment avec ma pote Julie que j’ai tous les jours au téléphone parce qu’elle habite à l’autre bout de la France, on se dit des horreurs, on aime l’humour noir et grinçant, des trucs qu’on ne pourrait sans doute pas partager avec tout le monde, et ça nous fait beaucoup rire, on se choque souvent nous-même.

C’est quoi ta drogue ?
J’ai 2 drogues, la première est la Californie, j’y vais au moins une fois par an et j’y reste au grand minimum un mois à chaque fois, c’est compulsif, j’ai besoin de mon shoot de grands espaces pour me sentir équilibrée. Ensuite il y a la musique dans mon quotidien, ma platine vinyle m’accompagne 16 heures par jour, c’est mon compagnon.

Tu as une devise ?
« Il n’est jamais trop tard » parce que ça ouvre le champs de tous les possibles.

Quels sont tes projets ?
Mes futurs projets sont déjà en cours de concrétisation,  je viens tout juste de sortir une petite série limitée de t-shirts, sweats et tote bags sérigraphiés à la main, et  j’ouvre une structure State Of Grace en Californie dans quelques mois, mes ateliers déménagent là-bas, ce qui me permettra d’y passer la plus grande partie de l’année, je réalise un grand rêve. Comme je suis en ébullition permanente, je pense que d’autres projets encore arriveront très vite dans ma tête, j’ai trop peur de l’ennui.

Son site : http://www.stateofgraceworkshop.com
L’event de Mercredi soir : https://www.facebook.com/events/338598596349630/

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *