PORTRAITS
Leave a comment

RENCONTRE AVEC LA DJ LA FRAICHEUR A BERLIN

Lors de notre passage à Berlin, nous avons rencontré Perrine alias La Fraicheur. Nous nous sommes retrouvées sous le soleil, autours d’un frühstück attablée à une terrasse de son quartier, Prenzlauer Berg.
Mademoiselle La Fraicheur est arrivée toute fraiche de sa soirée précédente dans son bermuda et sa chemise en jean.

INTERVIEW QUEL(LE) EST

Ton vrai nom.

Perrine

Ton travail.

Oula ! Je suis DJ, je suis projectionniste, je bosse dans un label qui s’appelle LEONIZER records.

T’as fais d’autres choses ?

Dj c’est ce que j’ai fait de manière la plus constante ces 10 dernières années, mais j’ai tout fait de mécanicienne vélo, à vendre des fringues dans les Halles (Chatelet à Paris), j’ai été productrice de concerts,J’ai été DA dans un festival de musiques électroniques( Mal au Pixel), j’ai été traductrice-interprète chez radio France, ah oui! j’ai eu ma propre boite aussi à Paris, Take Care. Ca consistait à m’occuper de groupes que j’aimais d’amour fou et à faire en sorte que d’autres les aiment d’amour fou.
En gros j’étais attachée de presse/ baby-sitter/ Manager/ Maman.

Ton meilleur souvenir.

Mixer au Kater Holzig à Berlin. Quand t’es un petit DJ, tu te dis que t’es arrivé quelque part. C’est pas comme si Berlin avait besoin de moi, y’a à peu près autant de DJ que de pavés dans cette putain de ville, donc quand tu mixes dans un club aussi légendaire que le Kater….
Mais tu vois la semaine dernière j’ai mixé dans un petit bar à Marseilles, ce qui est habituellement un mixe assez long (5H) et solitaire est devenu un dance floor de fou, la soirée à pris incroyablement.

Ton pire coup de gueule.

Mixer pour une soirée où je remplace au pied levé une DJ, qui était la tête d’affiche et qui ne s’est pas pointée et me faire engueuler par l’organisatrice à la fin de mon set parce que je ne souriait pas assez à son gout, alors que je si je n’avais pas été là elle était toute seule avec son Ipod !
Ah oui ! Et puis aussi, parce que We are Feminist autant que we are undisciplined ! Toutes les fois où les mecs se permettent de rentrer dans la cabine du dj pour faire des réglages comme si je ne savais pas faire mon boulot. Choses qui n’arrive pas à un homme. Je mixe souvent avec Leonard de Leonard ( un barbu de 40 ans) qui est obligé de dire aux mecs, qui se permettent de venir checker mes réglages, dégage elle sait ce qu’elle fait.

Ton morceau préféré de tous les temps.

J’aime pas ta question ! Spooky de Dusty Springfield que je réécoute très régulièrement ou Roxy music que j’écoute par vague.

Ton morceau du moment.

J’écoute pas mal Max Cooper mais c’est très hivernal, donc ça va me passer. Mais autrement Yonce de Beyoncé !

Ton film.

Les Goonies ! Voilà.

Ton vêtement.

Les chaussures, de la doc à la running en passant par la Derby. Chaussures plates toujours !

Ton lieu.

Mon coeur vacille entre Montréal et Berlin.

Ta drogue.

L’ecstasy.

Ta position.

Chevaucher.

Ta devise.

Life is what happens to you while you’re busy making other plans.

Tes projets pour 2014.

Me lancer dans le grand bain et de produire. Je suis obligée de le faire maintenant que je l’ai dit.
Et continuer d’explorer l’Europe en tant que DJ, je vais à Riga en Lettonie, en Slovénie, en Suisse. Allez voir ailleurs comment les gens dansent, ce qu’ils écoutent et voir comment ils sont heureux.

During our last trip to Berlin we’ve met Perrine aka La Fraicheur. In her neighbourhood, Prenzlauer Berg, we sat under the sun and enjoyed a frühstück. Miss La Fraicheur arrived right from her night out in her Bermuda shorts and jean shirt.

Interview

What is your real name:

Perrine

Your Job

Ouch! I’m a DJ, I’m a projectionist, I work for a Label called LEONIZER records.

Anything else?

DJ has been my constant for the past 10 years, but I have been trying out a little bit of everything from bike mechanic to selling clothes, I have been a concert producer, artistic director for an electro festival (Mal au Pixel), translator/interpreter for Radio France, oh yes, I also had my own company in Paris, Take Care. I was managing bands that I was madly in love with and was trying to make everyone as in love with them as I was. Basically I was press agent/baby-sitter/manager/mother.

Your best memory

My mix at the Kater Holzig in Berlin. When you are just a little DJ, it makes you think that you got somewhere. It is not as if Berlin needed me, there is about as many DJ as there are stones in this fucking city, so when you play in a club as legendary as the Kater… but last week I played in a little bar in Marseilles, a long (5h) and solitary set and everyone invaded the dance floor, it was incredible.

Your worst rant

When I replaced a DJ on the last minute at a party where he was the headline act but he never sowed, I got yelled at by the organizer at the end of my set because I wasn’t smiling enough, but if I hadn’t been here she would have been all alone with her Ipod! Oh yeah and also because we are as much Feminist that we are undisciplined! Everytime a guy enters a DJ booth and handles the tuning as if I did not know how to do my job. That kind of things never happens to a guy. I often mix with Leonard de Leonard (a 40 years old bearded dude) who has to tell the guys who allow themselves to check, that they need to get out because I know what I am doing.

Your favorite song of all time

I don’t like your question! Spooky by Dusty Springfield that I relisten to very often or Roxy music that I listen to from time to time.

Your song of the moment

I listen to Max Cooper a lot but it is quite wintery so it will pass. Other than that Yonce by Beyonce!

Your movie

The Goonies!

Your piece of clothe

Shoes! From Doc Martens to the running and the Derby. Always flat shoes!

Your place

I am torn between Montreal and Berlin

Your drug

Ecstasy

Your position

Riding

Your mantra

Life is what happens to you while you’re busy making other plans

Your project for 2014

Dive in the big sea and produce. I have to do it now that I’ve said it. And continue exploring Europe as a DJ, I am going to Riga in Latvia, in Slovenia, and Switzerland. Go see somewhere else how do the people dance, what they listen to and see how happy they are.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *