CULTURE, LITTÉRATURE
Leave a comment

TRISTEMENT 13 // UN TEXTE DE BERNARD FETTER

J’avais commandé un café
Moi je buvais une bière
Moi je m’étais laissé aller
Et demandé un truc un peu cher

Pourquoi tout à coup ces abeilles ?
Ces piqûres brulantes
Quel est ce grand soleil ?
Ces cris cette peur pressante

Suis-je mort pour un café ?
Pour une quelconque croyance ?
Suis-je mort pour une idée ?
Un hasard une divergence ?

J’écoutais ma musique
J’étais avec mon amoureux
Nous étions une famille classique
Nous étions si heureux

Pourquoi tout à coup cette horreur
Dans cette ville que nous aimons
J’entendais battre puis débattre son cœur
Je crois que j’ai crié non !

Je ne veux pas que l’on se cache
Que la Bête de Brecht bouge encore
Suis je mort pour qu’on le sache ?
Oh ! Ne l’oubliez pas encore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *